Un article, vraiment  ?

Un article, vraiment  ?

Ne croyez pas que je vous ai oubliés   ! Les jours s’enchaînent et le temps libre sur base se fait rare depuis le dernier article. J’avais à l’origine prévu d’écrire sur Ratmanoff, cap à l’Ouest de la péninsule Courbet où je m’étais rendu pour ma première manip. Depuis j’y suis déjà retourné deux fois et beaucoup de choses se sont passées. Je vais donc faire un petit retour en arrière et revenir sur les événements. Commençons par le brouillon de l’article originellement prévu.

Les manchots de Ratmanoff

«
·    BCR, BCR de fusoff sur le 27.
·    Oui, BCR à l’écoute sur le 27.
·    On part, Manon, Yoann et moi en direction de Rat. On devrait arriver dans 7h30.
·    C’est noté. Bon transit.
»

Et c’est parti pour 6 jours en cabane, on est le 23 novembre 2016. Je pars avec Camille et Manon à Ratmanoff une cabane située à l’ouest de la péninsule Courbet. But de l’expédition, «   transponder   » des manchots royaux et installer le matériel permettant de les détecter automatiquement. C’est ma première manip depuis mon arrivée à Kerguelen.

Le transit, c’est le doux nom du langage Taafien donné aux randonnées entre cabanes. Il s’agit en fait plus d’un trajet logistique que d’une randonnée de loisir, cela n’empêche pas, bien entendu de profiter du paysage. Le transit PAF-RAT (Port-aux-Français vers Ratmanoff) fait 28 km, c’est un des plus longs sur la péninsule. Le paysage est extrêmement plat, la vue est donc très dégagée et change rarement. On a souvent l’impression de ne pas avancer. Lacs, étendues de rochers, mousse à perte de vue et bien entendu les souilles, ces terrains marécageux, boueux nous accompagnent durant le trajet. Le tout est continuellement balayé par le vent qui forme sur les lacs de l’écume et rend le transit un peu plus éprouvant.

pyl_0678
Regroupement d’éléphants de mer près de la cabane de Ratmanoff

Ratmanoff, en plus d’être un cap, c’est une colonie de manchots, la plus grande de Kerguelen. Environ 300   000 individus se reproduisent tous les ans sur cette plage. Alors quand on réalise ce qu’il y a devant nous, ça coupe le souffle   !

pyl_0695
Passage d’un grain en soirée à Ratmanoff

Bateau, pas bateau, bateau, pas bateau, etc…

Entre les manips c’est la vie sur base qui rythme les journées et depuis notre arrivée, la flotte de Kerguelen a connu des jours meilleurs. Il faut tout d’abord savoir qu’une grande partie des manips scientifiques se font sur les îles du golfe en face de la base, le vent fort et les vagues ne permettent pas à une petite embarcation de naviguer.

Les îles du golfe du Morbihan lors d'une journée calme
Les îles du golfe du Morbihan lors d’une journée calme

En temps normal la base possède un chaland, bateau à fond plat, qui permet de se déplacer sur les îles sans trop de restrictions. Il a malheureusement rompu les amarres et terminé sur les rochers en face de la base début septembre. Depuis les sorties se faisaient de manière dégradée via le Commerson, sorte de gros zodiac. Autre raison, mais résultat identique   : bateau hors service… C’est enfin au tour de la Curieuse d’entrer en scène, bateau loué pour la campagne d’été. A peine arrivée et déjà des problèmes… La flotte de Ker vit des jours sombres. Et les manips scientifiques vivent dans l’incertitude du planning toujours changeant s’adaptant aux conditions.

OP4 à aujourd’hui

pyl_0795
Quelques cailloux durant le transit vers Cataractes

Après cette parenthèse sur la flotte de Ker, revenons à nos moutons. OP4 c’est le départ des anciens, la fin de la passation et les adieux aux campagnards d’été, arrivés avec nous à OP3. Mais c’est aussi l’arrivée des colis et des lettres   ! C’est un peu comme Noël, ça tombe bien, on était juste avant Noël. Pour ma part j’ai été gâté avec deux beaux colis   ! A peine le temps de les ouvrir, je repars à Ratmanoff en hélico avant la fin de l’OP, le retour se fera à pied. Deux jours sur base, je rattrape tant bien que mal le retard et je repars pour un tour de la péninsule Courbet. Le but est double, aider les ornithos dans leurs manips et réparer une station météo située près d’une cabane. Retour prévu le 31 décembre.

pyl_0806
Vue sur la rivière Cataractes depuis la cabane

C’est donc à Cataractes que j’ai passé la soirée du 24 décembre, en compagnie de Samuel et Meuhmeuh. Repas simple, les produits frais sont à porter dans les sacs, alors on limite un peu. Levé 5h. le 25 au matin, il va faire mauvais dans la journée, en partant tôt, on peut essayer de passer entre les gouttes. Bien tenté, mais c’est un échec cuisant. Quatre heures de transit sous une pluie épaisse, seule motivation sur les derniers kilomètres   : le thé à l’arrivée. Noël n’aura pas été du repos habituel. On se rattrapera au nouvel an.

Colonie de Gorfou Macaroni à Cotter
Colonie de Gorfou Macaroni à Cotter

Bonne année à toi !

Kerguelenement,

Yoyo

2 réactions au sujet de « Un article, vraiment  ? »

  1. Héhéhé,
    J’éspère que tu ne chante pas trop pendant le transit !! Y a pas d’ours a faire fuir, que des compagnons de marche à qui casser les oreilles 😛

    Blagues à part, ça n’a pas l’air de tout repos, levé à 5 h ça n’arrivait pas souvent ça à Lausanne hein ??

    1. Haha ou alors profiter des vents forts pour pratiquer le chant ! Je fais ça quand je suis sur la plage 😛

      Magnifiques photos, j’en suis presque jalouse ! Continue à donner de tes nouvelles !
      Heureusement que chez moi il y a des chameaux qui tirent des charrettes dans la rue et des buffaloes qui se baignent dans les lacs du centre ville, ce serait beaucoup trop normal sinon 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *