Quatre mois à Kerguelen

Quatre mois à Kerguelen

Bonjour moussaillon,

Deux mois depuis le dernier article, on ne change pas de « bonnes » habitudes… Je vais tenter de rattraper tout ça. Nous sommes bientôt au milieu du mois de Janvier, le Marion arrive très bientôt pour OP0. La flottille de KER n’a pas grandi et certains programmes scientifiques se retrouvent de ce fait dans l’incapacité d’être réalisés comme prévu. Il y aura des départs anticipés.

Zodiac amenant les partants d'OP0 sur le Marion
Zodiac amenant les partants d’OP0 sur le Marion

Qui dit OP, dit soirée d’adieux, c’est bien une chose à laquelle on ne manque pas. Un thème particulier et un style capillaire qui va avec. Le Marion est là, l’hélicoptère non, c’est une campagne océanographique de l’IPEV. L’embarquement se fait en zodiac, suivi d’une acrobatie à l’échelle de corde, il faut mériter sa place à bord !

Le Marion avec son échelle de corde lors d'OP0
Le Marion avec son échelle de corde lors d’OP0

Malgré les obstacles, tout ceux qui doivent regagner le Marion, y sont parvenu sans encombre. C’est au port pétrolier au sud de la base au plus proche du Marion que nous faisons nos derniers adieux à ces amis des derniers mois. Depuis l’arrière de la fourgonnette jusqu’au pont supérieur du Marion, les blagues fusent à la radio.

Le paradis de Pointe Suzanne

A Pointe Suzanne, il y a des éléphants de mer, des otaries, des bébés otaries, des manchots empereurs, des manchots papous, des pétrels géants, des albatros fuligineux, des grands albatros, des cormorans de Kerguelen et sûrement plus. Un vrai paradis surtout que la météo était excellente.

La cabane de pointe Suzanne
La cabane de pointe Suzanne

Ce petit séjour à Pointe Suzanne c’était pour l’étude de la mue des éléphants de mer. Pose de balises argos, transec, et suivi quotidien de certains individus. De quoi bien occuper les journées, mais j’ai tout de même eu un peu de temps pour faire des photos. Alors profitez.

Craquou ou pétrel géant
Craquou ou pétrel géant
Éléphant de mer jouant avec les vagues
Éléphant de mer jouant avec les vagues
Pétrel géant en plein vol devant le bungay
Pétrel géant en plein vol devant le Bungay
Manchot papou avec un regard perdu, digne d'un manchot
Manchot papou avec un regard perdu, digne d’un manchot
Goéland dominicain sur une crête rocheuse
Goéland dominicain sur une crête rocheuse

Le désert de Morne

Première sortie avec les Ecobio, tic et tac de leur surnom. Les Ecobio ont pour mission de surveiller l’évolution de la petite faune et de la flore de Kerguelen. Pour cela, ils parcourent l’île dans tous les sens à la recherche de nouvelles espèces. On dit de mauvaise langue que sur le terrain on ne voit que leurs fesses qui dépassent de la végétation. En parallèle ils mènent des expériences en continu sur la base. Tout un programme.

Moi devant le désert de Morne (Photo : Mateo)
Moi devant le désert de Morne (Photo : Mateo)

Je suis donc parti en compagnie de ces deux Ecobio pour faire le bilan annuel de l’érosion dans le désert de Morne. Transec de végétation au programme. Cela consiste à vérifier tous les ans sur une même ligne 50 cm par 50 cm le pourcentage de chaque espèce de plantes. Un travail minutieux où la patience est une bonne alliée.

Vie en cabane

Comment parler des cabanes sans parler des repas en cabane. Alors en cabane on mange quoi ? L’IPEV ravitaille par hélicoptère les cabanes durant les OP. Ce sont des produits qui se conservent tel que des céréales, des sauces, de la farine et des conserves. En plus à chaque départ en manip, on demande des produits frais à la cuisine, tout dépend des stocks et avant les OP il n’y a généralement plus grand-chose. Quand on a de la chance, on peut recevoir des carottes, pommes de terre, oignons, ails, fromage, beurre et viande. En ce moment on doit se contenter de beurre…

Une des chambres de pointe Suzanne
Une des chambres de pointe Suzanne

Ensuite la créativité culinaire de chacun prend forme, burgers végétariens à base de lentille, pain maison, pancakes au jus de pois chiche, houmous. On mange bien à condition de ne pas être flemmard. Il y a tout de même une tendance à manger une grande assiette de pâtes en arrivant de transit.

Toujours une vie sur base

Et oui, j’ai beau toujours écrire sur les jours de manips, je passe quand même la majorité de mon temps sur base. D’ici on oublie beaucoup de choses sur la vie en métropole, on est un peu coupé, mais les nouvelles importantes arrivent tout de même. Un journal est imprimé quotidiennement et mis en libre-service à Totoche, les résultats sportifs sont diffusés à mi-voix au cas où le match serait projeté prochainement et les nouvelles du monde envoyées par la famille ou les amis ne prennent pas long à faire le tour de la base.

Soirée thé au L10, le bâtiment où je vis
Soirée thé au L10, le bâtiment où je vis

La vie est aussi rythmée par les allées et venues des bateaux. Entre OP0 et OP1, le Nivôse, bateau militaire patrouillant dans la zone a, par exemple, fait escale quelques jours en février. Des visites sont organisées, des marins descendent en permission se reposer. C’est l’occasion de découvrir de nouvelles choses et de varier les sujets de discussions.

Le corps médical de Kerguelen, est composé du bib et du bibou et de tous les volontaires. Ces derniers reçoivent une formation globale et une ou plusieurs « spécialisations ».  Pour ma part je suis aide-anesthésiste et technicien. Samedi dernier exercice grandeur réelle, brancardage, pose de perfusion (pour de faux), prise de sang, tests médicaux et préparation du bloc opératoire. Un exercice utile, impressionnant et intéressant que l’on espère ne jamais avoir à mettre en pratique.

Réseau d'antenne du programme Superdarn
Réseau d’antenne du programme Superdarn

Pour ce qui est de mon boulot sur base, cela viendra dans un prochain épisode durant le long hiver car oui : « winter is coming ».

Bientôt à Kerguelen

Comme j’ai pris pour habitude de n’écrire des articles que très rarement, je vais un peu « spoiler » les événements des prochains jours. On est au milieu du mois de Mars, et c’est bientôt OP1. Qui dit OP1 dit début de l’hiver. C’est le départ des derniers campagnards d’été, d’une partie de la log IPEV et le renouvellement du personnel de cuisine et des infras. Mais avant tout ça j’ai une belle manip à Ratmanoff de prévue.

A bientôt moussaillon,

Yoann

Une réaction au sujet de « Quatre mois à Kerguelen »

  1. Salut Yoann !

    J’espère que tout se passe bien du côté de Géophy, que la joie la bonne humeur et la chance d’être là-bas vous enivre, que la synchro GPS du RayCo n’en fait plus qu’à sa tête (ou même mieux, qu’elle ait été upgradée) et que ces foutues disquettes de sauvegarde ne soient plus, que le SAOZ tourne toujours comme un coucou suisse, qu’ARGOS DORIS et GNSS soient toujours aussi instructifs, que NIVMER soit toujours autant l’éclate, que Korrigans se porte bien malgré la maltraitance impitoyable des éléments dans ce couloir venteux, que les toilettes que Nina et moi avons réparés tiennent le coup, que le L10 soit à l’image de ses canapés: toujours aussi accueillant, que vous passez du bon temps et que vous préparez de supers trucs pour la Mid !

    Merci pour ces petits bouts de vie racontés simplement, qui me rappellent un des plus beaux moment de ma vie. Et merci à ceux qui étaient avec moi, tous !
    Bise et ne soyez pas trop sage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *