Les antennes de SuperDARN

Les antennes de SuperDARN

A 3 km de la base, en contrebas des bâtiments du CNES et de Geophy se trouve un réseau de 20 antennes. Elles sont imposantes, de 20 mètres de haut, installées sur une étendue de cailloux et soutenues par des haubans qui leur permettent de faire face aux vents violents. Rarement silencieuses, les antennes font toujours impression aux nouveaux visiteurs qui sont accueillis par l’incessant sifflet.

Lumières d'une fin d'après-midi sous les antennes de SuperDARN
Lumières d’une fin d’après-midi sous les antennes de SuperDARN

A 400Km, l’Ionosphère

L’Ionosphère est la couche atmosphérique comprise entre 60 et 800 km au-dessus de nos têtes. A cette altitude, la pression est très faible de l’ordre de 2 hPa, soit 500 fois plus faible qu’au niveau de la mer. L’émission solaire entrant en contact direct avec les quelques gaz présents déclenche l’ionisation de ces gaz (séparation des électrons et des noyaux des atomes). Ce phénomène absorbe une grande partie du rayonnement solaire qui serait nuisible s’il nous atteignait. Cette couche d’atmosphère ionisée crée aussi des perturbations au niveau des transmissions radio. Ces phénomènes sont instables, et dépendent de beaucoup de paramètres, les données collectées via le réseau d’antennes sont utilisées, entre autres, afin de suivre et de comprendre cette couche atmosphérique.

Le réseau SuperDARN

Super DARN c’est l’acronyme de « Super Dual Auroral Radar Network », c’est un consortium international créé au milieu des années 90 qui regroupe des antennes similaires disposées autour des pôles. Un des buts du consortium est d’harmoniser les différents radars par une standardisation des constructions et du format d’échange des données.

Les 16 antennes d'émissions vue depuis Geophy
Les 16 antennes d’émissions vue depuis Geophy

Boulot d’un GeoPhy

Comme pour les autres programmes, je m’assure du bon fonctionnement de l’installation. Les données sont compressées puis transmises toutes les nuits, il faut s’assurer chaque matin qu’aucun problème n’ait eu lieux lors de ce transfert. Toutes les semaines, je passe dans le shelter afin de m’assurer du bon fonctionnement de chaque émetteur, et en cas de défaillance, j’alerte les responsables en métropole. Ils pourront me donner des tests supplémentaires à réaliser ou m’envoyer des pièces de rechange à la prochaine OP. A la fin du mois il est nécessaire de mettre à jour le planning des émissions. Deux fois par an, une maintenance globale du radar est réalisée afin d’avoir un suivi détaillé de l’usure de ses composants.

Le shelter SuperDARN où sont situés les émetteurs/récepteurs des antennes
Le shelter SuperDARN où sont situés les émetteurs/récepteurs des antennes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *